AlgerieMonPays.com

Les portes de l'Algérie s'ouvrent sur le net!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  accès au siteaccès au site  
L'association AMP (Algérie Mon Pays) recrute des bénévoles: Animateurs, modérateurs, rédacteur, ... Si vous êtes intéressés ou avez d'autres idées, n'hésitez pas à nous contacter.

Partagez | 
 

 Au procès des caricatures, tension, fureur et fous rires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AUGUSTUS
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 557
Age : 43
Ville/région : Rhône-Alpes - FRANCE
Profession : Méchant.
Loisirs & passions : Gentil, parfois.
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/04/2005

Ponts fidélité DZ
Points fidélité DZ:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Au procès des caricatures, tension, fureur et fous rires   Mer 25 Avr - 21:08

Salamaleykum,


Je vous propose ici un article du journal Le Monde concernant le procès des "caricatures" opposant le journal satirique Charlie Hebdo à l'Union des Organisations Islamiques de France et la Grande Mosquée de Paris.

J'ajouterai à la suite de ce message mon point de vue.


Besslama,

AUGUSTUS.


--

LE MONDE | 08.02.07 | 13h34 • Mis à jour le 08.02.07 | 20h37


Cela a commencé comme la réunion d'un comité de soutien à Charlie Hebdo dans un amphithéâtre étudiant, avec une joyeuse bande de dessinateurs envahissant, crayons en main, les tribunes et venant nicher leurs cartons à dessin sous le nez des trois membres du tribunal. Cela s'est poursuivi dans une atmosphère enfiévrée de tribune politique, entrecoupée de magistrales séquences documentaires, d'interpellations cabotines, de tensions, de fous rires et de fureur. C'était, mercredi 7 février, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, le premier des deux jours d'audience consacrés à l'affaire de la publication des caricatures du prophète Mahomet dans l'hebdomadaire Charlie Hebdo, qui était poursuivi en la personne de son directeur de publication, Philippe Val, pour "injures publiques envers un groupe de personnes en raison de sa religion".

A la première partie civile, la Grande Mosquée de Paris (GMP), présidée par le recteur Dalil Boubakeur - qui n'était pas présent à l'audience -, s'étaient ajoutés l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), la Ligue islamique mondiale et un condamné de droit commun de religion musulmane en tee-shirt orange et pantalon de survêtement, qui, de son box, a fort scrupuleusement pris sa part du débat. Le tout a produit neuf heures d'échanges tumultueux que le président du tribunal de grande instance de Paris, Jean-Claude Magendie, a très vite renoncé à maîtriser.

Philippe Val, profil émacié, verbe tranchant, est à la barre. "Il s'agit là d'un combat d'idées qui, en aucun cas, exprime un mépris quelconque pour une foi quelconque. On a inventé la démocratie pour qu'il y ait un débat. Lorsque la religion devient une idéologie comme une autre, elle doit pouvoir être critiquée."

Défendant le choix de son journal de publier, en février 2006, l'intégralité des caricatures du prophète Mahomet dont la parution, quatre mois plus tôt, dans le quotidien conservateur danois Jyllands-Posten, avait suscité une polémique mondiale, Philippe Val s'est attardé sur les trois dessins poursuivis par les parties civiles : la couverture de l'hebdomadaire, confiée au dessinateur maison Cabu, qui représentait, sous un bandeau dénonçant les intégristes musulmans, le prophète Mahomet s'exclamant : "C'est dur d'être aimé par des cons !" ; et les deux dessins danois, l'un montrant le prophète accueillant des terroristes sur un nuage en leur disant "Stop, le stock de vierges est épuisé !", l'autre, avec un prophète coiffé d'un turban détourné en une bombe au détonateur allumé.

"Vous avez touché le premier pilier de l'islam !", lui a lancé l'avocat de l'UOIF, Me Oussani Mebarek. "S'il fallait que tout le monde respecte les tabous de toutes les religions du monde, comment ferions-nous pour vivre ?", lui a répliqué Philippe Val, en soulignant que ces dessins ne faisaient que "dénoncer tout à fait clairement l'utilisation que font les terroristes de l'islam et la justification par l'islam du terrorisme".

On en était à ces premiers échanges lorsque l'un des avocats de Charlie Hebdo, Me Georges Kiejman, a demandé la parole pour donner lecture d'un courrier qui venait tout juste d'être transmis à son client. "Je tiens à apporter clairement mon soutien à votre journal qui, à sa façon, exprime une vieille tradition française : celle de la satire, de la dérision et de l'insubordination (...). Je puis tout à fait comprendre que certains dessins incriminés aient pu heurter les convictions religieuses de nos concitoyens musulmans (...). Pour autant, je préfère l'excès de caricature à l'absence de caricature." Suivaient quelques phrases lues par Me Kiejman, qui ajoutait avec gourmandise : "La lettre est signée de... Nicolas Sarkozy, sous l'en-tête "Ensemble, tout devient possible" !" Applaudissements et rires dans la salle.

A voix basse, Me Francis Szpiner, avocat de la Mosquée de Paris, se livrait à son jeu favori, l'imitation du président de la République, Jacques Chirac, dont il est proche. "Ahhh, ce Nicolas !"

Les débats se poursuivaient avec la déposition du premier de la quinzaine des témoins sollicités par la défense de l'hebdomadaire, l'essayiste musulman et professeur de théologie Abdelwahab Meddeb. "Qu'une telle caricature puisse blesser, c'est incontestable. Mais son droit à circuler et à être publiée est inaliénable", a-t-il souligné. En écho, Antoine Sfeir, directeur d'une revue d'études sur le monde arabo-musulman, Les Cahiers de l'Orient, a observé qu'il ne fallait "pas confondre foi et religion". "La foi résiste à tout. Ce procès n'a pas lieu d'être", a-t-il ajouté.

Très attendu était encore le rédacteur en chef des pages culture du Jyllands-Posten, Fleming Rose, qui était à l'origine de la commande des caricatures. "J'ai ridiculisé une idéologie, pas des hommes. Tout le monde doit pouvoir accepter le ridicule, dans le respect de la loi", a-t-il assuré, en rappelant que les organisations musulmanes qui avaient poursuivi son journal au Danemark avaient perdu leur procès.

A la salle surchauffée, le président a alors annoncé la venue de François Hollande, premier secrétaire du PS. "Il valait mieux un bon débat qu'un mauvais procès. La liberté d'expression est un principe absolu", a-t-il dit, en réfutant l'argument d'une assimilation faite par ces caricatures entre musulman et terroriste. "Mais peut-on dénoncer le terrorisme en écartant le lien avec la religion alors que les terroristes eux-mêmes font ce lien ?" A l'adresse des parties civiles, François Hollande a ajouté : "Je ne pense pas que cette affaire ait fait progresser votre cause."

Suivaient encore Elisabeth Badinter, affirmant que "si Charlie Hebdo est condamné, c'est le silence qui va s'imposer à nous tous", et l'ancien directeur de L'Express devenu PDG du Seuil, Denis Jeambar, saisissant cette occasion pour raconter publiquement le bras de fer qui l'a opposé, la nuit du bouclage du numéro de l'hebdomadaire qui publiait les caricatures, à son actionnaire de l'époque, Serge Dassault - "sa préoccupation était le fait que le président de la République se rendait en Arabie saoudite quinze jours plus tard pour discuter de contrats", a-t-il précisé.

Imperturbablement civil, le condamné de droit commun continuait de poser ses questions, jusqu'à ce que le président, épuisé, se décide à l'interrompre et à lever l'audience. Poursuite du forum démocratique, jeudi.


Pascale Robert-Diard

Article paru dans l'édition du 09.02.07.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.augustus5star.fr/
AlgerieMonPays
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 4720
Age : 30
Ville/région : Marseille
Profession : Commerce
Loisirs & passions : Voyage, lecture
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/10/2004

Ponts fidélité DZ
Points fidélité DZ:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Au procès des caricatures, tension, fureur et fous rires   Mer 25 Avr - 21:52

j'crois que tu as oublié ton Point de vue :p

_________________
Salam Aleykoum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AUGUSTUS
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 557
Age : 43
Ville/région : Rhône-Alpes - FRANCE
Profession : Méchant.
Loisirs & passions : Gentil, parfois.
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/04/2005

Ponts fidélité DZ
Points fidélité DZ:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Au procès des caricatures, tension, fureur et fous rires   Mer 25 Avr - 23:31

Salamaleykum à tous,


Non, non, rassure-toi mon petit Périclès, c'est que j'ai juste pris le temps de bien rédiger le message. :D

Donc comme promis, voici mon point de vue...

Je n'ai pas vu dans les détails ces caricatures. Le fait que Charlie Hebdo les ait publié ne m'a pas choqué outre-mesure. Au pire, ai-je trouvé que c'était un peu maladroit de leur part de le faire aussi vite, et sans trop de discernement. Certes, il s'agissait de défendre la liberté d'expression, mais il faut rappeler que ces caricatures proviennent originellement d'un journal hollandais plutôt conservateur...

Par contre, je juge le fait que l'UOIF et la Grande Mosquée de Paris aillent intenter un procès à ce journal n'est franchement pas judicieux de leur part, et je suis donc en désaccord total avec ceux-ci. En effet, je suis pour la liberté d'expression, et il faut l'accepter, quitte à être heurté ou blessé. Et puis on est bien content de la posséder nous-même cette liberté d'expression quand elle est en notre faveur. Alors il ne faudrait pas que l'on joue sur deux tableaux et en souhaitant un traitement de faveur pour les uns, et la sévérité pour les autres.

Qui plus est, je pose la question : qu'ont fait l'UOIF et la Grande Mosquée de Paris pour les musulmans... Dans ma vie de tous le jour, je cherche encore une quelconque mesure concrète de leur part... Je crois que le fait d'avoir porté plainte contre "Charlie Hebdo", c'était une façon de dire de leur part : "vous voyez, nous les associations islamiques, on défend les intérêts de vous les musulmans..." J'estime pour ma part que les seuls intérêts qu'elles défendent, ce sont les leurs, et tentent de masquer par ce procès leur inutilité flagrante.

L'UOIF, et dans une moindre mesure la Grande Mosquée de Paris tentent de conserver leur place au sein du Conseil Français du Culte Musulman, cette fameuse instance dont l'efficacité reste à prouver... et dont les membres ont étés élus par on ne sait par qui, mais surement pas les "simples" citoyens musulmans que nous sommes. En plus de trois années d'existence, la seule mesure concrète qui ait été prise, c'est qu'il ait été décidé que les horaires officiels des prières seraient ceux de la Grande Mosquée de Paris... Tout ça pour ça...

Bon, il faut signaler que "Charlie Hebdo" a obtenu un non-lieu. Et la Grande Mosquée de Paris a été plus bon prince en acceptant le jugement de manière sereine, en ne faisant pas appel, et dont son recteur Dalil Boubakeur a eu un mot d'apaisement...

Maintenant, j'attends VOS points de vue Incha Allah.


Besslama,

AUGUSTUS.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.augustus5star.fr/
AlgerieMonPays
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 4720
Age : 30
Ville/région : Marseille
Profession : Commerce
Loisirs & passions : Voyage, lecture
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/10/2004

Ponts fidélité DZ
Points fidélité DZ:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Au procès des caricatures, tension, fureur et fous rires   Dim 29 Avr - 22:22

Moi mon seul point de vue à ce sujet serais de savoir s'il sagissais d'une provocation, auquel cas c'es tout simplement stupide ou si c'était " sans provocation ", genre ils ont pris ce thème comme ils auraient pu caricaturer les pommes de terres du jardin de ma grand-mère, auquel cas ils manquerais de matière grise sans avoir pensé aux retombées!

Bref, dans les deux cas c'est un peu stupide de leur part...

_________________
Salam Aleykoum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au procès des caricatures, tension, fureur et fous rires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au procès des caricatures, tension, fureur et fous rires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gros fou rire ce soir !!!
» bonne partie de fou rire!!!!!!!
» Tension batteries cellule trop faible
» Extrémisme anti-terrario ,lobbys de la PA :fous dangereux?
» Vous aimez les caricatures

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AlgerieMonPays.com :: Culture & divers :: Religion :: Islam-
Sauter vers: